Les racines du ciel

Les racines du ciel - Romain Gary - Vous pouvez vous les fourrez quelque part, vos éléphants, avait gueulé le Révérend Père avec une grandeur de vision incontestable.

Il ferait beaucoup mieux de défendre un animal qui était encore plus menacé d'extinction dans le cœur des hommes, c'est-à-dire le Bon Dieu !

- Il me laissa gueuler, et puis il eut une espèce de sourire. "Ça se peut, curé, mais dis-moi, qu'est-ce qui t'empêche de signer? C'est pas ton âme qu'on te demande. C'est seulement une signature. Tout ce que je veux, c'est qu'on ne tue plus les éléphants. C'est pas bien méchant. Alors, qu'est-ce que t'as à te tortiller?" Je dois dire que là, il me tenait. C'est vrai, qu'est-ce qui m'empêchait de signer? J'en suis resté comme deux ronds de flan.

- La vérité est que, lorsque j'ai vu l'éléphant arriver sur moi, j'ai perdu complètement la tête, j'ai mal visé et je me suis logé une balle dans le cul.

- Trente mille éléphants, ça fait à peine trois cents tonnes d'ivoire. Et comme le but d'un bon gouvernement c'est d'augmenter la production, je suis sûr que cette année on fera mieux. N'oublions pas que le Congo belge a fourni à lui seul plus de soixante mille éléphants, ces dernières années. Je suis sûr que nous aurons tous à cœur de battre ce record. Avec un peu de bonne volonté, on arrivera bien, pour l'ensemble de l'Afrique, à abattre cent mille éléphants par an, jusqu'à ce qu'on atteigne le plafond, si je puis dire. Il faudra alors passer à d'autres espèces.