Calyre

Survive the Savage Sea - Dougal Robertson

Add a review !

Dune - Frank Herbert

Il força l'allure et perçut le froissement des robes derrière lui. Il pensa alors aux paroles du sirat qu'il avait lues dans la minuscule Bible Catholique Orange de Yueh : "Le Paradis sur ma droite, l'Enfer sur ma gauche et l'Ange de la Mort derrière moi", et il se les répéta plusieurs fois.

La voix de Duncan Idaho s'éleva dans sa mémoire : "Lorsque ton adversaire a peur de toi, laisse les rênes livres à sa peur pour qu'elle fasse son œuvre. Qu'elle devienne terreur. L'homme qui a peur lutte avec lui-même. A la fin, il attaque par désespoir. C'est l'instant le plus dangereux mais, en général, l'homme terrifié commet une erreur fatale. Tu as été éduqué pour déceler ce genre d'erreur et en profiter."

Il existe un axiome Bene Gesserit qui disait : "La survie est la capacité de nager en des eaux étranges." Et Jessica songea : En ces eaux étranges, Paul et moi nous devons trouver les courants favorables... si nous voulons survivre.

Il essaya de se concentrer sur elle, mais le passé et l'avenir surgissaient dans le présent, brouillaient la vision.

Life and Times of Michael K - J.M. Coetzee

Tandis qu'il n'est pas difficile de vivre une vie qui consiste simplement à passer le temps. Je suis un de ces êtres heureux qui échappent à toute vocation.

The Labyrinth of Solitude and Other Writings - Octavio Paz, Lysander Kemp, Yara Milos

Notre mort illumine notre vie. Si notre mort manque de sens, c'est que notre vie en a manqué. C'est pourquoi, lorsque quelqu'un meurt de mort violente, nous disons seulement : "Il l'a cherché". Et il est vrai que chacun a la mort qu'il mérite, la mort qu'il fait. Mort de chrétien ou mort de chien sont des façons de mourir qui reflètent des façons de vivre. Si la mort nous trahit et que nous mourions de mauvaise façon, tout le monde se lamente : il faut mourir comme on vit. La mort est intransférable, comme la vie. Si nous ne mourons pas comme nous vivons, c'est que réellement notre vie ne fut pas nôtre : elle ne nous appartenait pas, comme ne nous appartient pas la mauvaise mort qui nous tue. Dis-moi comment tu meurs et je te dirai qui tu étais.

Nous décorons nos maisons de crânes, nous mangeons le Jour des Morts des pains qui imitent des os, nous nous amusons de chansons et de mots où rit la mort pelée, mais cette familiarité fanfaronne ne nous dispense pas de la question que tous nous nous posons : Qu'est-ce que la mort? Nous n'avons pas inventé une réponse nouvelle. Et chaque fois que nous nous interrogeons ainsi, nous haussons les épaules : "Quelle importante a la mort quand la vie n'a pas d'importance?"

Saturday - Ian McEwan

Il hausse les épaules. "Aucune personne sensée n'est jamais pour la guerre. Mais dans cinq ans, on se félicitera peut-être de l'avoir faite. [...] Tu as raison, ça peut tourner au désastre. Mais ça peut aussi marquer la fin d'un autre désastre et le début de quelque chose de mieux. Tout dépend de l'issue finale, et personne ne la connaît. Voilà pourquoi je ne me voit pas défiler dans les rues."

My Sweet Orange Tree - José Mauro de Vasconcelos

J'étais vexé et ne voulus plus parler. Je n'avais pas davantage envie de chanter. Mon oiseau qui chantait au-dedans de moi s'envola.

"Mais moi aussi, tu avais dit que tu me tuerais...
- Je l'ai dit au début. Ensuite, je t'ai tué à l'envers. Je t'ai fait mourir en te faisant naître dans mon cœur. Tu es la seule personne que j'aime, Portugâ. Le seul ami que j'aie. Ce n'est pas parce que tu me donnes des images, de la limonade, des gâteaux et des billes... Je te jure que je dis la vérité.

Je caressais la fleur blanche. Je ne pleurerais plus pour quoi que ce soit. Même si Minguinho essayait de me dire adieu avec cette fleur, il quittait le monde de mes rêves pour le monde de la réalité et de ma douleur.

Les Chants de Maldoror et autres textes - Comte de Lautréamont

Souvent, je me suis demandé quelle chose était le plus facile à reconnaître : la profondeur de l'océan ou la profondeur du cœur humain ! Souvent, la main portée au front, debout sur les vaisseaux, tandis que la lune se balançait entre les mâts d'une façon irrégulière, je me suis surpris, faisant abstraction de tout ce qui n'était pas le but que je poursuivais, m'efforçant de résoudre ce difficile problème ! Oui, quel est le plus profond, le plus impénétrable des deux : l'océan ou le cœur humain? Si trente ans d'expérience de la vie peuvent jusqu'à un certain point pencher la balance vers l'une ou l'autre de ces solutions, il me sera permis de dire que, malgré la profondeur de l'océan, il ne peut pas se mettre en ligne, quant à la comparaison sur cette propriété, avec la profondeur du cœur humain.

The Bad Beginning - Lemony Snicket

Des livres, il en existe de toutes sortes, dans tous les formats, tous les genres. Et rien d'étonnant après tout : les gens aussi, il en existe de toutes sortes, dans tous les formats, tous les genres ; il est bien normal que chacun souhaite lire ce qui lui plaît.

Family Matters - Rohinton Mistry

Il tritura la verrue sous son oreille droite. "N'y a-t-il pas un proverbe qui dit que quand Dieu nous envoie des difficultés, il nous procure aussi la force et la sagesse pour les résoudre?"

Il dit que ce n'était pas la peine, qu'il voulait garder son balcon tel quel, la situation n'était que temporaire.
"Ca ne signifie rien, affirma Villie en le reconduisant à la porte.
Tout est temporaire, Yezadji. La vie elle-même est temporaire."

"Une seule page, observa tristement Suresh.
- Ne soit pas déçu, dit Vilas. Une lettre c'est comme un parfum.
Tu ne verses pas toute la bouteille. Une seule goutte réjouit les sens. Les mots, c'est pareil - quelques-uns suffisent."

Yezad soupira, et repoussa le toasteur. Roxana arriva, portant le faitout qu'elle posa sur la table. "Qu'est-ce qu'on mange? demanda Murad.
- Du ragoût de mouton." Elle lui servit des oignons, des pommes de terre et de la sauce.
"Où est le mouton? s'enquit Murad, en inspectant son assiette.
- Bonne question? dit Yezad. Probablement en train de paître en Irlande."

- Il te faut juste un peu de patience, mon ami. La patience est en toi, les roupies sont sans toi. Et tu es sans roupies." Il rit.
"Elle est bonne, non?
- Très drôle. En soi ou pas, les gens intelligents devraient savoir comment faire de l'argent quand ils en ont besoin.

Noughts and Crosses - Malorie Blackman

Je ne le voyais déjà presque pas. S'il devenait Premier ministre, je serais obligée de le regarder à la télé pour me rappeler à quoi il ressemblait.

- La télé dit la vérité, a affirmé Lola.
- La télé ment sans arrêt. Ils nous disent ce que nous voulons entendre.

- N'oublie pas une chose, Callum, quand tu flottes dans une bulle, la bulle finit toujours par éclater, et plus la bulle t'a emmené haut, plus la chute est douloureuse.

What a Carve Up! - Jonathan Coe

Association des Résidents de la Ferme Nuttall
La Volaille
Caquetis-les-Bassecour
Recoltshire
19 juillet 1960

Cher Mr Owens,

Permettez-moi de venir vous exprimer, de la part de tous nos amis résidents, la joie que nous avons éprouvée en apprenant votre décision d'être locataire de l'étable vide de Mr Nuttall.
Cette nouvelle a rempli d'allégresse toute la ferme. Certains animaux en ont même la chair de poule, et brûlent de promener leurs plumes dans votre nouvelle tanière. Les vaches sont au septième ciel. Quant aux chevaux, bien entendu, ils sont particulièrement heureux de vous voir v-hennir.
Il se peut que vous trouviez d'abord que quelques petits oiseaux ont tendance à être d'une humeur de buse et à faire les bécasse. Mais vous devez garder à l'esprit que la plupart de ces animaux, loin d'être aussi instruits que vous, sont restés bêtes comme des ânes. Bref, j'espère que vous ne serez pas chat-griné par leurs rat-yeux-riz.
N'hésitez pas à venir fouiner par ici chaque fois que vous en aurez envie, car mes épouses et moi-même sommes toujours heureux de recevoir des visites. Nous sommes fatigués de toujours percher au même endroit, et l'atmosphère commence vraiment à cocoter.
Très cordialement,
Bertrand Lecoq
(Maître Coquin)

- Un accident très regrettable, Monsieur. C'est entièrement de ma faute. Je l'ai emmené cet après-midi faire sa petite promenade, et alors, je ne sais pas comment ça s'est passé, j'ai perdu le contrôle de sa chaise roulante, elle a dévalé une pente, et elle est allée s'écraser. Elle s'est écrasé contre le poulailler.
- Mon Dieu... est-ce que... est-ce qu'il y a eu des blessures?
- Un poulet a été décapité, Monsieur?
[...]
- A propos, qu'aurons-nous à dîner?
- Du poulet, Monsieur, répondit Pyles sans se retourner.

Tandis que les autres continuaient de se débattre et de se lancer furieusement des hypothèses, la solution se révéla lentement à moi : le coupable, bien sûr, n'était autre que moi-même, le professeur Violet.
Dès que je m'en rendis compte, le jeu me parut intrinsèquement défectueux. Il me semblait absurde de pouvoir découvrir par simple élimination qu'on était soi-même l'assassin avant même de savoir où et comment on était censé avoir commis le crime. Il n'y avait sûrement aucune situation semblable dans la vie réelle.

Oh, comme ma vie aurait été différente si j'avais pénétré dans sa chambre au lieu de m'esquiver dans l'obscurité avec la rapidité muette d'un songe qui s'enfuit au réveil.

Ils y arrivèrent peu après minuit, et dormirent jusqu'à l'heure du déjeuner, où Lady Frances emprunta une voiture de Mark pour aller acheter des cigarettes au village le plus proche. Elle avait à peine parcouru quelques centaines de mètres que la voiture explosa et quitta en flammes la route pour s'écraser sur les versants rocailleux. Elle fût tuée sur le coup.
Mark fut désespéré de cette perte. La voiture était un coupé Morgan Plus 8 1962 bleu nuit, l'une des trois ou quatre existant au monde, et elle était irremplaçable.

- Oh, il y a une explication parfaitement simple, répondit celui-ci. Le meurtrier n'est ni entré ni sorti par la porte. Il y a un passage qui mène de la salle de billard à l'étage.
- De quoi diable parlez-vous, mon vieux? éclata Thomas.
- C'est pourtant vrai. Demandez à Tabitha : elle le sait. Elle le sait parce que Lawrence s'en servait pendant la guerre.
- Quelle ineptie! Thomas se tourna vers sa tante, qui avait écouté cette conversation avec des signes visibles d'amusement. "Vous avez entendu ça, tante Tabitha?
- Oh oui, oui, j'ai tout entendu.
- Et qu'en pensez-vous?
- Je pense que c'est le colonel Moutarde, dans la cuisine, avec le chandelier.

Roddy arriva avec des nouvelles plus précises.
"Je suis allé jeter un coup d’œil aux garages, dans l'idée qu'elle avait pu partir sans nous prévenir.
- Et alors?
- Alors, sa voiture est encore là, mais elle n'est plus d'aucun usage. Un énorme hêtre a été abattu par la foudre et il bloque complètement l'allée. Nous sommes tous coincés ici."
Michael se mit à rire. "Que vous imaginiez-vous?" fit-il. Lié à sa chaise, il n'était pas de la meilleure humeur. "Nous autres, les psychopathes, nous pensons à tout, voyez-vous", ajouta-t-il.

If Not Now, When? - Primo Levi, William Weaver

- Bien sûr, moi aussi je suis un "disparu". Un disparu, hein, pas un déserteur. Disparu depuis juillet 42, un des cent mille ou deux cent mille disparus : ce n'est pas une honte d'être un disparu, non? Et puis est-ce qu'on peut les compter, hein, les disparus? Si on pouvait, ce ne serait pas des disparus ; on compte les vivants et les morts ; les disparus ne sont ni vivants ni morts, et on ne peut pas les compter, c'est comme des fantômes.

- Je ne sais pas ce que je veux, mais je sais que je ne le sais pas. Toi non plus tu ne sais pas ce que tu veux, mais tu crois le savoir.

- ...Celui qui fait un plan pour le lendemain, et qui le met à exécution, est très fort ; celui qui fait des plans pour la semaine prochaine est un fou. Ou bien un espion des Allemands.

- Moi, au contraire, dit Mendel, je crois que ça n'a pas beaucoup de sens de dire qu'un homme vaut plus qu'un autre. Une homme peut être plus fort qu'un autre, mais moins savant. Ou plus instruit mais moins courageux. Ou plus généreux mais aussi plus bête. Si bien que sa valeur dépend de ce qu'on attend de lui ; un type peut être très fort dans son métier, et ne plus rien valoir si on l'oblige à en faire un autre.

- Je vais te l'expliquer par un exemple, moi, ce que c'est que le Talmud. Écoute bien : deux ramoneurs tombent dans le conduit d'une cheminée ; l'un d'eux s'en rire tout couvert de suie, l'autre tout propre. Quel est celui des deux qui va aller se laver?
Soupçonnant un piège, Piotr regarda autour de lui comme pour chercher de l'aide. Puis il s'arma de courage, et répondit:
- Celui qui est couvert de suie.
- Erreur, dit Pavel. Celui qui est sale voit le visage de l'autre, qui est tout propre, et croit l'être aussi. Alors que celui qui est propre voit la suie sur le visage de l'autre, croit être sale et va se laver. Tu as compris?
- Oui, j'ai compris. C'est bien raisonné.
- Attends, l'exemple continue. Je vais te poser une deuxième question. Ces deux ramoneurs tombent une seconde fois dans la même cheminée, et une fois encore l'un est sale et pas l'autre. Quel est celui qui va se laver?
- Je t'ai dit que j'avais compris. C'est le ramoneur qui est propre qui va se laver.
- Erreur, dit Pavel, impitoyable. En se lavant après la première chute, celui qui était propre avait remarqué que l'eau de la cuvette ne devenait pas sale, tandis que celui qui était sale avait compris la raison pour laquelle celui qui était propre était allé se laver. Aussi, cette fois, c'est le ramoneur sale qui va se laver.
Piotr écoutait, bouche bée, mi-effrayé, mi-intrigué.
- Et maintenant la troisième question. Les deux ramoneurs tombent une troisième fois dans la cheminée. Quel est celui des deux qui va se laver?
- Dorénavant, je dirai que c'est celui qui est sale qui va se laver.
- Encore une erreur. Tu as déjà vu, toit, que deux types tombent dans la même cheminée, et que l'un soit propre et l'autre sale? Voilà, le Talmud, c'est un peu comme ça.

- Chez nous, il y avait un juif qui se soûlait.
- Ben, qu'est ce que ça a de bizarre? demanda un autre.
- Rien. J'ai pas dit que c'était quelque chose de bizarre, mais ce soir, c'est bizarre de raconter des choses qui ne sont pas bizarres, vu que tout le monde raconte des choses bizarres.

"On se bat pour avoir trois lignes dans les livres d'histoire".

Quel est le roi qui n'a pas de royaume? Quelle est l'eau qui n'est point sableuse? Qu'est-ce qui est plus rapide qu'une souris et plus haut qu'une maison? Et, enfin : qu'est-ce qui peut brûler sans flamme, et qu'est-ce qui peut pleurer sans larmes? Ces devinettes ne sont pas gratuites, elles ont une raison : elles sont le chemin détourné qu'emprunte le niais, le timide, pour se déclarer, et l'astucieuse jeune fille l'a compris.
- Nigaud, lui répond-elle d'une voix mélodieuse, le roi qui n'a pas de royaume est le roi du jeu de cartes, et l'eau qui n'a pas de sable est celle des larmes. Plus rapide qu'une souris, c'est le chat, et plus haut qu'une maison, c'est sa cheminée. Et l'amour peut brûler sans flamme et un cœur peut pleurer sans larmes.

- Le sang, dit Mendel, ne se paie pas avec le sang. Le sang se paie avec la justice. Celui qui a tiré sur la Noire est une bête humaine, et je ne veux pas devenir une bête. Si les Allemands ont tué par le gaz, devrons-nous aussi tuer tous les Allemands par le gaz? Si les Allemands tuaient dix hommes pour un et qu'on fasse comme eux, on deviendrait comme eux, et il n'y aurait plus jamais de paix.

"Mais on veut toujours quelque chose de plus : rien n'est jamais aussi beau qu'on l'espère, mais rien non plus n'est aussi affreux qu'on s'y attend", se disait Mendel.

Note:

Un recueil de pensées et de propos dû a des rabbins fameux, qui fut rédigé au IIè siècle et qui figure dans le Talmud. On y lit ceci (ch. I, 13) : Il (le rabbin Hillel) disait encore : "Si moi-même ne suis pas pour moi, qui sera pour moi? Et quand moi aussi je pense à moi, que suis-je? Et si ce n'est maintenant, quand alors?"

The Sense of an Ending - Julian Barnes

L'Histoire, ce ne sont pas les mensonges des vainqueurs, comme je l'ai trop facilement affirmé au vieux Joe Hunt autrefois ; je le sais maintenant. Ce sont plutôt les souvenirs des survivants, dont la plupart ne sont ni victorieux, ni vaincus.

Mais je dirais ça comme ça : elle ne voit que ce qui a changée, je ne vois que ce qui est resté pareil.

Deux autres choses qu'elle a dites au fil des années : qu'il y a des femmes qui ne sont pas mystérieuses du tout, mais seule l'inaptitude des hommes à les comprendre fait paraître telles.

Rappelez-vous les trois signes de la sagesse - ne rient voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal.

Il me semble que cela peut être des différences entre la jeunesse et la vieillesse : quand on est jeune, on invente différents avenirs pour soi-même; quand on est vieux, on invente différents passé pour les autres.

Plus on apprend, moins on craint. "Apprend" non dans le sens scolaire du terme, mais dans le sens d'une compréhension pratique de l'existence.

J'ai parfois tenté d'imaginer le désespoir qui mène au suicide, cette nuit de l’âme dans laquelle seule la mort apparaît comme un point de lumière: autrement dit, le contraire de la condition normale de l'existence.

Et plus on avance en âge, plus rares sont ceux qui peuvent contester notre version, nous rappeler que cette vie n'est pas notre vie, mais seulement l'histoire que nous avons racontée au sujet de notre vie. Racontée aux autres, mais - surtout - à nous-même.

The House of Mirth - Edith Wharton

La lumière que Mrs. Fisher projetait sur la situation était comme une matinée d'hiver limpide, mais morne. Elle dessinait les faits avec une froide précision que ne modifiaient ni ombre ni couleur, comme réfractée par une clôture de murs nus: Mrs. Fisher avait ouvert les fenêtres par lesquelles aucun ciel n'était jamais visible.

Because of Winn-Dixie - Kate DiCamillo

- Tu ne peux pas t'accrocher à ce qui veut partir, tu comprends, ma douce? Tu ne peux aimer que ce que tu as sous la main, tant que tu l'as sous la main.

Five Little Pigs - Agatha Christie

- Nous allons seulement, expliqua-t-il, discuter des faits qui se sont passés il y a très longtemps. Les discuter et, peut-être, préciser leur sens. Quant aux esprits, ils ne se matérialiseront pas, mais qui oserait dire qu'ils ne sont pas ici, bien que nous ne puissions les voir?